Fédération de Paris

Fédération de Paris
Accueil
 
 
 
 

Journaliste Syndicaliste Communiste Trente-sept ans d'un combat dans l'audiovisuel Jean-François Téaldi

Cet ouvrage raconte l’histoire de combats démocratiques et syndicaux (1978/2015) dans l'audiovisuel, menés par ce journaliste-citoyen qui était aussi un syndicaliste et un militant communiste connu.  Au travers son propre vécu l’auteur retrace les évolutions du PAF vu à la fois depuis une station régionale de France 3 et depuis les sièges nationaux. La censure d’avant le 10 mai 1981, l'après 10 mai avec la fameuse « Liste Juquin » et la peur de certains journalistes, la campagne de Balladur en 1995, la censure du NON au traité constitutionnel de 2005, l'affaire de la video off de Sarkozy en 2008… Il révèle les dessous de ses relations conflictuelles mais parfois amicales avec les PDG Guy Thomas, André Holleaux, Xavier Gouyou-Beauchamps, Philippe Guilhaume, Hervé Bourges, Patrick de Carolis, Rémy Pflimlin.

Jean-François Téaldi a été durant 25 ans le journaliste politique de France 3 Méditerranée. Il raconte les algarades célèbres à l'antenne et hors antenne avec Jacques Médecin, Max Gallo, Christan Estrosi, Jean-Marie Le Pen, Bernard Tapie, Bruno Mégret, Jacques Peyrat... Des émissions qui, vu son engagement contre le FN, contre la mafia des casinos, lui ont valu des menaces de mort et plus tard d'autres menaces après qu'il ait demandé le départ d'Éric Zemmour du service public. Il a présenté le Journal Télévisé, été rédacteur en chef et réalisé des grands reportages dans l'Albanie d'Enver Hodja, lors des guerres en Irak et au Liban. Il démonte aussi les mécanismes de déstabilisation d'un cadre qui dérange.  Il révèle les dessous de ses combats menés lors des grandes grèves de l'audiovisuel, ses rencontres avec Nicolas Sarkozy lors de la suppression de la publicité, ou avec son ami Georges-Marc Benamou. Il a été vice-président de l'Organisation des Journalistes en charge des libertés de la presse et a mené nombre de missions de par le monde notamment en Algérie en 1993 lors des assassinats de journalistes, il évoque aussi ses ennuis avec un procureur niçois ou avec la principauté de Monaco.  Hervé Bourges écrira en autres dans sa préface : «… avec les responsables successifs de FR3, Antenne 2, puis France Télévisions, Jean-François Téaldi tire une chronique haletante et forte : ancrée dans son expérience et son jugement personnels, relatant les combats et les coups bas, les échecs et les succès, les évidences et les incertitudes.

 

Journaliste Syndicaliste Communiste Trente-sept ans d'un combat dans l'audiovisuel Jean-François Téaldi